Février 092017
 

Wow…

#341

Le Bellevue étonnamment lourd et sombre faite par le rhum L’Esprit sel ronronne et la crème glacée caramel doux dans mon nez que je flaira, se révèle d'une manière incrémentale de sorte, avec un tel impair (si un excellent) profil presque devait être connu pour être correctement apprécié, et il m'a laissé se demander si cela était un rhum de mélasse, pas un de jus de canne. Il a été mis en bouteille à la force parfaite pour ce qu'elle affiche, melding la puissance et la douceur et la chaleur dans un nez de qualité hors du commun. Pourtant, il y avait la légèreté et la joie là aussi, une sorte de mélange ludique de toutes les choses que nous aimons dans un rhum, lésiner pas du tout sur les notes secondaires de pruneaux, prunes, pêches, et ananas. Il était grasse, grasse et aromatique à un défaut, et a démontré avec force tout à fait que la Epris rhum brésilien qui avait été ma première introduction à la société n'a pas été unique, un coup étonnant.

Même le goûter, l'expérience ne faiblit pas ou se retirer de son exubérance. Le Bellevue semblait fonctionner sur deux niveaux en même temps de qualité – d'abord il y avait les faibles huileux, notes caoutchouteuses, avec nougat au levain, pamplemousse rose et de la lumière agrumes. Et derrière cette, presque en même temps, il y avait la vraie affaire: miel, vanilles, olives et notes saumâtres en parfait équilibre, hachées fruits légers et des fleurs, plus un mince filet de réglisse enroulant à travers toute la chose. Il y avait tellement de choses à faire ici qu'il récompense une approche plutôt langoureuse à la dégustation – en général je fais toutes mes dégustations à la table avec tous les comparateurs facilement accessibles, mais ici, au bout de dix minutes, Je dis simplement « en enfer avec elle » et je suis allé sur le balcon, assis pour regarder le soleil se coucher, et observé les bras croisés les passants ci-dessous qui ne partageaient pas ma bonne fortune d'avoir un joli rhum comme celui-ci gronde doucement dans mon verre. Même la finition continué à développer (pas toujours le cas avec rhums ou rhums) – il était vif et lisse et chaud, durable, un vrai délice – il semblait être un peu plus oaky qu'auparavant, ici, mais les souvenirs durables qu'il a laissé derrière étaient beaucoup de chaud, thé noir fort, et le sucre brûlé se reposer facilement sur un lit de vanille douce, notes de tabac et d'agrumes. C'était, et des restes, un solide, lisse, savoureux, expérience potable, pas tout à fait aussi bon que le Damoiseau 1989 20 ans…mais proche, damnés proximité.

Si vous êtes l'un des heureux propriétaires de ce nectar, permettez-moi de courir vers le bas les os nus afin que vous sachiez ce que vous buvez: colonne encore produit, cask strength 58%, mûri dans un tonneau de bourbon pour un peu plus de douze ans. Ce n'est pas de la distillerie Bellevue Habitation sur Marie Galante, mais du domaine Bellevue, qui fait partie de Damoiseau en Guadeloupe (l'île principale), fondé en 1914 et acheté par Louis Damoiseau en 1942 – la mise en bouteille commerciale a commencé autour 1953. Comme à peu près toutes les opérations de spiritueux commerciaux dans les Antilles, ils expédient le rhum en vrac vers l'Europe, lequel est, Pour autant que je sache, où celui-ci a été acheté, si le vieillissement n'a pas été tropical, mais européenne. Lequel, Heureusement pour nous, n'a pas diminué sa réalisation dans le moindre.

Mon association avec L'Esprit, cette petite société française de Bretagne, j'ai écrit plus tôt cette semaine, est venu à la suite de ce rhum brésilien mentionné ci-dessus — cette chose m'a vraiment impressionné. Et donc j'ai gardé un oeil sur la météo, et acheté la première bouteille faite par L'Esprit que j'ai vu, qui se trouve juste arrivé à être celui-ci…J'ai quelques autres de la société à passer par de sorte qu'il ne sera pas le dernier non plus. Alors que jusqu'ici L'Esprit n'a pas fait beaucoup de rhums – vingt-cinq ou donc la dernière fois que je regardais – la valeur de leurs marchandises est toujours élevé. Celui-ci ne fait pas exception, une énorme satisfaction avec rhum des points d'exclamation de qualité du début à la fin.

Le résultat minimum doit venir pour mention: Je suis habitué à voir un « ensemble » de quelques centaines de bouteilles des différents indies, quelques milliers de Rum Nation, donc il y a une chance quelque lecteur de ce petit blog va choisir un ... mais pour voir un de seulement soixante bouteilles d'un seul tonneau, bien, Je peux juste être cracher dans le vent (il a été battu, pour les noix de trivia parmi vous, par le Old Man Spirits Uitvlugt, un maigre vingt-huit bouteilles, et par le champion du monde, la Caputo 1973 qui venait d'un). La raison pour laquelle le résultat est si relativement faible, est parce que L'Esprit est prosternait sur le marché – ils savent c'est surtout les connaisseurs qui aiment rhums de force en fût, mais ils sont peu nombreux, et il est le grand public qui conduisent les ventes et acheter la 46% versions. Qu'est-ce que Tristan, donc, est d'émettre un petit lot de rhums de résistance du fût du canon (60-100 bouteilles) et le reste se tassé à 46% et publié en 200-300 bouteilles.

Après avoir en tête à tête avec autant de rhums que je heavy peux poser les pattes sur les dernières années, il n'y a rien, mais je peux dire au sujet de la tribu dans son ensemble. J'apprécie la pureté farouche de l'AOC Martinique rhums, leur clarté presque austère et la propreté herbeuse – Et pourtant, je me trouve vers Guadeloupe graviter un peu plus souvent, peut-être parce qu'ils ont un peu plus expérimental, manière presque ludique de produire leur gnôle (ils jamais pris la peine avec la certification AOC se, qui peut faire partie de celui-ci). Cela donne les rhums de l'île(s) une certaine richesse et une profondeur qui unstudied semble avoir créé un pont entre les rhums et traditionnels mélasse agricoles (mon opinion personnelle). Si vous ne pouvez accepter que, alors ce Bellevue démontre rhum – dans son fruité, huileux, crémeux, complexe, de manière équilibrée et chaleureuse – le potentiel et la qualité du meilleur des deux mondes ces.

87/100

Autres notes:

  • Exécution 60 bouteilles
  • distillée Mars 1998, en bouteille Novembre 2010

_________________________________

Un dernier pic: Ouais, il est hors de mise au point et photobombed par The Little Caner…mais nous pourrions tous utiliser un peu de joie et des sourires de temps en temps, et je l'ai aimé celui-ci beaucoup de toute façon.

www.sexxxotoy.com