Mai 132019
 

Tout ce que vous la recherche sur Naga est susceptible de vous faire Déchirez vos robes avec frustration à peu que vous parvenez à déterrer. Pourtant, paradoxalement,, tout ce que vous faire En savoir plus sur le rhum lui-même semble garanti pour vous continuer à lire, et assurez-vous de l'acheter, si aucune autre raison que parce qu'il semble si damnés intéressant. L'étiquette semble avoir été conçu spécifiquement pour éveiller votre curiosité. il parcourant, vous pouvez avec la justification même appeler « Naga Arak Batavie » (« À base de rhum vieilli indonésien », dit le script, ce qui implique là, il est arak, plus le rhum), ou « Naga Double Cask rhum » ou « Réserve Naga Java Rum » ou tout simplement aller avec la route de compromis. Et chacun d'entre eux seraient, comme l'éléphant mythique aux hommes aveugles, être un peu correct.

Il est un arak de l'Indonésie Batavie, ce qui signifie un rhum fabriqué à partir de la mélasse et d'un dérivé de la levure de riz rouge (tout comme la arak faite par les Hollandais). Les deux Naga de 38% version avec une étiquette différente, et celui-là, sont un mélange de distillats: un peu plus de la moitié provient des alambics (“Old indonésienne Pot Stills” bouffées le site moins que informatif important, jamais expliquer tout à fait ce que cela signifie) avec une force de 65% ABV; et un peu moins de la moitié est 92% colonne ABV esprit encore (les rapports sont 52:48 si vous êtes curieux). Le mélange obtenu est ensuite vieilli pendant trois ans en fûts de teck et quatre autres années en fûts ex-bourbon, d'où le surnom « double ans ». En cela, ils sont sorte de canaliser les deux Brésiliens avec leur penchant pour les bois non standard, et Foursquare avec leurs multiples maturations

Que tout cela se traduit par un rhum vaut la peine d'acquérir et de boire est préférable de laisser à l'individu. Ce que je pouvez dire est qu'il démontre à la fois la diversité de la production et un départ de ce que nous pourrions vaguement terme « standard » — et est une vitrine pourquoi (me) Le rhum est l'esprit le plus fascinant du monde ... .mais sans le rhum fait monter sur les hauteurs de must-have-it-ness et soufflant mes cheveux. En fait, il est pas sur un niveau avec les deux autres rhums indonésiens que j'ai essayé avant, la Compagnie des Indes Indonesia 2004 10 YO et la Par les Hollandais Arak Batavie.

Suivez-moi à travers la dégustation: le nez est d'abord odorant de la saumure et les olives, et de carton, et des chambres sèches et de moisi à gauche undusted trop longtemps. C'est le début – il ne se développe, et après un certain temps, vous pouvez sentir le soja, faible soupe de légumes, cubes Maggi rassis, et une faible ligne de teriyaki douce, miel, caramel et de vanille. Et, comme un clin d'œil aux amateurs de Funkytown là-bas, il y a un soupçon de fruits pourris, acétones et les bananes avariées ainsi, comme si un Jamaïcain avait disparu et en Indonésie pour établir sa résidence dans la bouteille…et rapidement tombé endormi il.

Palais. Ce fut le même genre de profil délicat et léger je me suis souvenu des deux autres arracka mentionnés ci-dessus. Encore, la texture était agréable, il a été agréablement — mais pas trop — doux, et emballé quelques saveurs intéressantes dans sa valise: crème glacée caramel sel, l'aneth et le persil, cannelle,tanins de chêne tranchants, cuir, quelques notes musquées et driness, et une saveur fruitée forte, à la fois doux et pourri en même temps – pas très forte, mais néanmoins, se faire sentir en termes d'incertitude. Fini a été relativement courte, surtout des fruits légers, une certaine saumure, mustiness et une trace de caoutchouc.

Résumant. Du côté négatif, il y a trop peu d'informations disponibles en ligne ou hors pour les faits durs — quel pot « indonésien » est toujours en réalité, où la distillerie est, qui en est propriétaire, quand a été créée la société, la source de la mélasse et ainsi de suite…cette érode la foi et la confiance dans les déclarations proclamées et en ce jour et l'âge est carrément irritant. inversement, la liste de tous les points positifs: il a un vraiment gentil et relativement douce sensation en bouche, est douce, savoureux, épicé, un peu complexe et assez différent pour exciter, tout en étant manifestement un rhum…de quelques sortes. Il n'a tout simplement pas tout à fait appel à moi.

Parce que je trouve que dans l'ensemble, il manquait une bonne intégration. Le pot partie encore caréné dans la colonne encore partie du mélange et ni est sorti bien de la rencontre; les esters, l'acidité et l'âcreté n'a pas vraiment accentuer ou faire ressortir le contraste musqué, des tons plus sombres bien du tout, et il me semblait un peu confus ... .first tu as goûté une chose, puis un autre et l'équilibre entre les composantes était hors. Aussi, le bois était un peu trop amer – peut-être était le teck ou peut-être était la vivacité des barils ex-bourbon. Quel que soit le cas, l'impression générale était d'un produit qui n'a pas en quelque sorte cohere.

Je suis tout à fait prêt à accepter un rhum d'une autre partie du monde qui nous manque de familiarité répond à son propre public, et est supposé être un peu sur le mur, un peu à angle droit par rapport aux goûts traditionnels de blogueurs comme moi qui sont élevés sur le tarif des Caraïbes et tous ses imitateurs. Pourtant, même dans ce filet largement jeté, il y a des choses qui fonctionne et des choses qui ne. C'est celui qui tombe au milieu – il est assez agréable, il sorta un peu des œuvres, mais pas complètement et pas tellement que je précipiter pour me faire une autre bouteille.

(#623)(79/100)

Juin 172018
 

#521

D'une certaine manière, après une entrée fracassante dans 2015-2016, rhums indonésiens sont venus et ont quitté la scène avec aussi et presque surprenant soudaineté. Bien que Haus Alpenz a fait un Van Oosten Arak Batavie depuis de nombreuses années (voire des décennies, peut-être), il est un esprit de niche, vraiment, et pas beaucoup la connaissent, et non, Je ne l'ai pas essayé. Ma première rencontre avec les arracks est venu quand je l'ai acheté la Compagnie des Indes Indonesia rum en 2015 (et tout à fait aimé), et dans l'année par les Pays-Bas a mis ce produit fascinant sur la porte et les photos occasionnelles ont commencé à faire le tour sur FB de Naga et Nusa Cana rhums. Peu après Matt Pietrek a écrit un de ses plongées profondes dans le Par le rhum hollandais, mais après tout ce, en quelque sorte, ils ont presque disparu de la conscience populaire.

Peut-être est la renaissance de Bajan et rhums jamaïcains dans ces mêmes années a volé le spectacle, Je ne sais pas – certainement au cours des dernières années, les différents médias sociaux sont plus complète des Bajan et des images de rhum de la Jamaïque et des commentaires que sur tout autre. Peut-être qu'il est la distribution physique, absences du festival, Bouche à oreille, messages Facebook (ou l'absence de). Quel que soit le cas pour son manque de Mindshare, Je vous suggère de faire un essai, si seulement pour voir où le rhum peut aller…ou si elle a déjà été.

Une partie de ce qui rend intéressant l'arak est la façon dont il est fermentée. Voici un peu de riz rouge fermenté est mélangé dans la levure avant l'addition de la mélasse et de l'eau (Jusqu'à 5%), qui sans aucun doute un impact sur le goût finale. On m'a dit par un représentant néerlandais par la que cet esprit particulier dérive du jus de canne à sucre et gâteau de riz rouge fermenté, et est ensuite distillé deux fois: une fois dans un alambic, la production d'un distillât d'environ 30% ABV, puis à nouveau dans un autre pot encore autour 60-65%. À ce moment-là, il est inhumé dans des tonneaux en bois de teck (!!) en Indonésie depuis plusieurs années, puis envoyé à Amsterdam (Matt implique qu'il est à Scheer) où il est transféré dans des cuves de chêne 1000L. Le arrack final est un mélange d'alcools âgés 8 mois, 3, 5 et 8 ans, avec la majorité de l'esprit étant 3 et 5 ans et mis en bouteille à 48% ABV.

Un processus de production avec tant de mesures divergentes ne manquera pas d'apporter des goûts intéressants à la table. Il est curieux de dire le moins. Le nez, même à 48%, est remarquablement doux et léger, avec une partie de ce pot encore l'action étant tout à fait évident dans les premières notes: pourriture des peaux de bananes, pommes parti et quelques notes géniales jamaïcains, si peut-être pas aussi intense comme Hampden ou digne offrant Parc. Cela alors lentement — presque délicatement — publié agrumes lumière, fruits aqueux et des notes de caramel, camomille, cannelle, le thé vert et le chocolat amer et une sorte de douceur facile très agréable à l'odeur.

Il a mieux quand je l'ai goûté, parce que la force est sorti plus clairement – pas agressif, juste très solide et précis en même temps, doux et clair, presque comme un chêne agricole avec un peu pour faire bonne mesure. Le pot encore origines étaient distinctes, et le goût des fruits sucrés passés du côté sombre ont été traitées bien: pommes, agrumes, poires, cornichons, le très léger soupçon d'olives, plus de thé, raisins verts, avec des épices de cuisine danser autour de tout, la plupart du temps de noix de muscade et de cannelle. Même l'arrivée était assez aromatique, beaucoup d'esters, bananes, pommes, cidre et une sorte de grassiness qui a été plus que fait allusion à force exploré.

Comme alternative à rhums disponibles plus communément, celui-ci est bon d'essayer au moins une fois. Il ne vous smack pas dans le visage ou essayer d'endommager votre glotte – il est trop facile ou que – et fonctionne bien à la fois comme une boisson sipping (si vos goûts vont de cette façon), ou quelque chose au mandrin en mai-tai ou une variation Negroni. L'une des raisons pour lesquelles il devrait être jugé et apprécié est parce qu'il a des goûts tout en suggérant un hybride jamaïcaine Bajan, il y a variation juste assez ici pour faire une boisson fascinante sur ses propres mérites, et montre encore une fois comment le rhum est tout simplement le plus polyvalent, esprit varié disponible. Plus, il est un bon rhum astucieux par lui-même, assez doux pour ceux qui aiment ce, assez énervée pour ceux qui veulent plus.

Maintenant, en ce qui concerne les nouvelles de rhum étant tout au sujet du jus de l'hémisphère occidental: Je ne reproche pas les Français, rhumiers leur gloire espagnole ou anglaise des Caraïbes — ce serait profondément antipatriotique de moi, même si l'on en promotion les grandes choses les insulaires font, ni qui est une option. Il y a une raison pour laquelle ils obtenir à peu près 75% de la presse, avec les indépendants et les Américains (Nord et Sud) obtenir le reste. Mais je veux juste paraître une note d'avertissement au sujet de la mise au point est œillères comme imposant à notre rumsight, parce qu'en se concentrant sur rien, mais ceux-ci, nous perdons de vue grandes choses se fait ailleurs – sur les îles françaises, St-Lucie, Grenade, Mexique, Japon…et de l'Indonésie. Des sociétés comme par les Hollandais. Un tonneau de rhum résistance sévère et redoutablement solide, ce ne sont pas – mais il est d'origine dans ses limites, éminemment sippable pour sa force, c'est un vieux, même boisson ancienne fait nouveau, et même si l'on ne succombent pas immédiatement à ses charmes langoureux, Je crois qu'il vaut la peine de prendre pour un essai.

(84/100)


Autres notes

La bouteille dit clairement « jusqu'à l'âge de 8 années". Comprendre ce que cela signifie avant que vous pensez que vous achetez un 8 Année rhum vieux.

Novembre 052015
 

C de I Indonésie 1

À Berlin en 2015, Je goûtais une trentaine de rhums à l'RumFest. Mais je ne acheté un. Celui-ci.

(#239 / 86/100)

pourquoi fait Je reçois ce rhum?

Bien, parfois je vous ennuyer avec rhums qui semblent aller noplace spéciale, ne vous aventurez pas au-delà de leurs propres limites auto prescrite. Je aime l'originalité, l'odeur de quelque chose de nouveau. Et donc je vais loin dans le temps et à l'arrière, flairer rhums vieux — une 30+ ans Demerara, peut être), différents parmi (clairins quiconque?) et ceux provenant de localisations variées comme, oh, Madagascar. Je suis toujours à la recherche pour le Swaziland; a été fasciné de savoir que l'océan de ramassé un peu de rhum de l'Afrique pour leur édition indienne, dû aller après rhums Fidji quand je les ai trouvés. L'Indonésie est certainement un cran au-dessus de l'ordinaire. Il n'y avait donc que.

Aussi, quand je d'abord examiné Compagnie des Indes de Cubaine de quinze ans rhum il y a quelques mois, Je remarquai que si elles ont continué à faire rhums comme celui-là, ils seraient l'un des responsables de l'artisanat dont toute la gamme que je voulais essayer. Lorsque Florent Beuchet (le fondateur de Compagnie des Indes) m'a montré la bouteille verte, à la fois mes intérêts recoupé et est entré en jeu à la fois – mon désir d'essayer un rhum fabriqué dans un pays où je ne l'avais pas vu quelque chose avant, et mon voulant essayer plus du travail de la Compagnie.

Un peu d'histoire: la canne à sucre a longtemps été pensé pour provenir de l'Extrême-Orient, et les premiers alcools fabriqués avec ce soi-disant proviennent de l'Indonésie elle-même, cela a donc été ce que Florent a dit quand il m'a dit qu'il était une variation du grand-père de rhum, Batavia arak. La fermentation a commencé avec de la levure de riz blanc (étrange, mais je l'ai entendu des choses les plus bizarres). Cinq fûts produit ce 267 bouteille résultat et il est venu à partir d'un anonyme, distillerie non divulguée – Je essayé d'obtenir suffisamment de Florent ivre alors qu'il allait me dire, mais pas de dés. Il a été vieilli pendant trois ans en Indonésie, et sept autres en Europe. Hommes, like clairin, est généralement pas d'âge. Florent m'a dit qu'il était un distillat de canne à sucre d'une colonne encore, et non altérée avec-.

Sentir qu'il était comme se vautrer dans une prairie au printemps. Un bon équilibre entre douceur et netteté commencé les choses au large; notes fleuries délicates étaient immédiatement évident, avec végétales et agrumes parfums venant juste derrière. Il n'a pas eu la lourdeur sombre des fruits charnus, seulement les plus légers…une mangue indienne, la moitié mûrs, raisins libanais (aimer ceux). Il montra même une certaine brininess douce, olives vertes à l'extrémité arrière. mais l'impression générale était l'un de délicatesse et une sorte de caractère non agressif facile à vivre (peut-être était canadienne).

Je l'ai aimé le goût et la sensation en bouche beaucoup (qui est pourquoi je devais trois échantillons de cette chose que je harcelé pauvre Florent sujet de son entreprise tout en essayant trois autres dans le même temps). Conditionné comme je l'étais à Demerara peu plus élémentaire et rhums jamaïcains, Je trouvais la texture gracieuse de bien trempé 43% avec son cabinet et l'épine dorsale enjouée assez intriguant. Si, il était la lumière, douceâtre, délicat. Les goûts de l'aneth et du thé vert, et le jus de la canne à sucre fraîchement pressé est sorti. Il était un peu trop à base de plantes et d'herbe (et il y avait une belle contrepoint de citronnelle qui serpente à travers le tout) mais ces goûts ne submergent, juste resté bien dans la construction globale sans essayer de coude rien d'autre de la route. Le fondu était un peu court, et tout à fait aromatique, avec quelques pêches mûres et de nouvelles fauché citronnelle rangement choses en place.

D3S_3620

La Compagnie des Indes Indonésie 10 ans a pas de constructeur de corps macho d'une boisson, évoquant l'anis, du pouvoir, Sweat et le tonnerre – il est trop bien rangé et bien élevé pour que, et pas assez forte. Encore, si vos goûts vont dans le sens ce rhum prend, il est un peu brillante à sa manière. Il est une belle, savoureux, danseur d'un rhum – pas la ballerine plomb par un effort…peut-être quelqu'un dans la deuxième rangée qui attire votre attention et vous sourit. Un rhum que je pense, après quelques gorgées, vous vous souviendrez avec affection pour le reste de votre vie, et peut-être espèrent que d'autres décideurs à prendre plus de.

Autres notes

Présentation est normalisée à travers la ligne. Vert bouteille, ancienne étiquette fashioned, liège à pointe en plastique. Pas grand chose à trouver à redire à ici.

267-bouteille outtturn. Distillée Décembre 2004, bouteille Mars 2015. Cela en fait le deuxième lot, car il ya des photos en ligne avec une date d'émission de 2014

www.sexxxotoy.com