Octobre 262020
 

Il ne le dit pas, mais le rhum de A1710 "Brute,"Fourré dans une bouteille à une déchirure reniflant 66%, est un autre exemple de mini-terroire appelé un parcellaire – une seule petite section d'un domaine, comme, oh la UF30E ou similaire A1710 54.5% édition qui a également été publié l'année où, 2017. Il y a quelques-uns de ces rhums de micro-terroire qui flottent et bien qu'ils soient encore rares, montrent une nouvelle direction intéressante pour le monde du rhum. Bien que, pour des raisons évidentes, je ne les vois pas comme des produits du marché de masse de sitôt – plus comme des rhums artisanaux en petits lots fabriqués avec précision dans le vrai sens du terme, commercialisé auprès des passionnés et connaisseurs.

Pour faire ça, cependant, dépend de plus qu'un simple marketing astucieux. Le produit doit vraiment avoir bon goût, être considéré comme hors du commun, et être en mesure de présenter un petit aspect de la philosophie et du désir de qualité de son entreprise. Il faut être spécial. Jusqu'ici, Je n'ai rien vu de A1710 qui ferait autre chose que soutenir cette thèse, car le "Brute" est certainement l'un des meilleurs rhums blancs du monde, même à cette force formidable.

Les cannes utilisées pour fabriquer ce rhum proviennent toutes de une seule parcelle cultivée par un M.. Paul Octave, avec plusieurs cépages: canne noire, canne jaune et stylo et lait. (Plus délicat et moins robuste que les hybrides qui sont cultivés pour des productions à grande échelle, ces trois types de cannes sont censés être assez juteux). Le jus de canne est fermenté pendant environ cinq jours, traverser une colonne créole de 7 plaques en cuivre toujours affectueusement nommée «La Belle Aline», n'est pas conforme à l'AOC, et pour autant que je sache, reposé pendant un certain temps mais pas vieilli ou filtré ou réduit en force, résultant en 2,286 bouteilles d'un 66% gâteau de boeuf pour le 2017 édition, tous numérotés individuellement.

Les résultats de toute cette micro-gestion sont étonnants., féroce et chaud, sort tout de suite de la bouteille, a à peine besoin de se reposer, et sent immédiatement la saumure, des olives, eau sucrée,et cire, combiné avec des botes citronnés (aimer ceux), le caractère poudreux des céréales et la note étrange de pois verts étouffés dans la crème sure (allez comprendre). Arômes secondaires de sève de canne fraîche, herbe et eau sucrée mélangée à des fruits légers (poires, goyaves, pastèques) apaiser le nez maltraité une fois qu'il s'installe.

C’est le goût qui est la vraie star de la série, la façon dont cette énorme force est apprivoisée et rendue presque acceptable. Oui, c'est chaud et épicé, mais il y a une sorte de crémeux onctueux dans la texture qui lui permet d'être soignée et la haute preuve presque oubliée. Il y a du sel, de la cire et de la colle légère comme avant, combiné avec une note plus sucrée de guimauves, fruits blancs légers et cela rappelle une infusion de fruits aqueux à déguster par une chaude journée sur une plage tropicale quelque part. Il y a d'autres goûts de litchis, fleurs, plus de fruits (les plus lourds), sève de chien, herbes (menthe, peut-être une touche de sauge et de basilic), mais ceux-ci dansent autour des goûts centraux et apportent un soutien plutôt que de se frayer un chemin au premier plan, et toute l'expérience est vraiment très bonne, se déplacer en douceur, presque tranquillement, inro un long, finale épicée et fruitée qui préserve en quelque sorte à la fois force et délicatesse.

J'ai vraiment apprécié le 54.5% La Perle, et bien marqué, mais la Brute est un cran même au-dessus de ça. C'est un rhum fabriqué par un seul gars sur une parcelle sur une île et qui a une richesse d'arôme et de saveur qu'il semblerait presque un péché de le mettre dans un tonneau. L'argent réel dans le monde du rhum est dans des rhums utra-vieux fabriqués par des maisons fières qui remontent dans le temps pour des barils laissés vieillir pendant des décennies par les générations passées.. A1710 ont montré qu'une toute nouvelle tenue, ne pas adhérer à une norme de production d'aucune sorte, ne vieillissant même pas ce qu'ils proposent et libérant simplement un rhum comme celui-ci presque tout de suite, peut nous fournir quelque chose de vraiment remarquable pour un prix incroyablement abordable. Pour moi, ça vaut chaque centime.

(#772)(88/100)


Autres notes

Un historique sur l'A1710 est dans la revue originale de La Perle, adapté ici:

A1710 a été créé en 2016 en tant que micro-distillerie pour l'habitation Le Simon (à ne pas confondre avec la distillerie de Simon, bien qu'ils soient voisins), qui côtoie Clément au centre-est de la Martinique. Les racines du domaine remontent 1710 lorsque le fondateur, Jean Assier, est arrivé sur l'île (d'où le « A » dans le titre) et a fondé la plantation de sucre, qui semble avoir été une entreprise familiale et exploitée comme une propriété sucrière depuis. Yves Assier de Pompignan, le 50 ans qui a créé la marque et a fondé la distillerie 2016, d'abord fait une carrière dans les fournitures de papeterie et de bureau avant d'accepter sa véritable vocation, canalisant peut-être l'héritage familial - un arrière-grand-père possédait l'actuelle usine de Saint-James, un grand-père en propriété exclusive de la marque de rhum, son père est un ingénieur agronome de canne et il a des liens avec la famille Hayot et.


 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

www.sexxxotoy.com