Août 172020
 

L'île Maurice est une autre de ces régions productrices de rhum qui entre et sort de notre conscience collective du rhum, et semble être mentionné principalement (et seulement) quand un blogueur découvre une nouvelle expression indépendante (SBS et Velier me viennent à l'esprit). Cognoscenti pourrait rappeler Penny Blue, New Grove, Chamarel ou Lazy Dodo rhums du cimetière des critiques passées, mais honnêtement, à quand remonte la dernière fois que vous en avez vu un vous-même, essayé un, ou même acheté un?

St. Aubin est l’une des distilleries insulaires de l’océan Indien qui a recueilli de la bonne volonté ces derniers temps et ne devrait pas être exclue des calculs d’achat de quiconque, et avec raison: ils ont un très bon goût, et ils ont une longue histoire de production d'alambics en pot et en colonne remontant à deux siècles. Si la distribution peut être réglée au-delà de l'Europe, et il y a une reprise des festivals du rhum où l'on peut trouver leurs produits, alors nous pouvons espérer que leur réputation s'améliorera plus qu'elle ne l'a fait jusqu'à présent. Ce rhum particulier est le haut de leur gamme, étant une édition limitée non seulement d'un nombre défini de bouteilles (2,080) mais d'une récolte particulière (2003), source de jus de canne, alambic entièrement en cuivre distillé, âgé de dix ans et destiné à un public plus large en le tassant à 43%. Sur la base de ces spécifications, c'est pratiquement un incontournable,

Certes, la 2003 10 YO fait son prochain meilleur parent le St. Aubin Grande Reserve (qui est lui-même un combo de 30% pot encore 10 ans de 2004 et 70% reposé 7YO colonne encore de jus) un peu mieux, simplement en ne diluant pas sa propre essence de base entièrement pot-still. Ceci est essentiel pour comprendre à quel point le 2003 les odeurs, parce qu'il a le nez plus propre, bac à légumes, même une nuance plus claire…et il se passe un peu plus là-dessous. Quel était, dans les autres expressions vieillies, une sorte de douceur est plus délicate ici, plus proche de la sève de canne à sucre et de l'eau sucrée que la légère lourdeur souvent associée aux rhums à base de mélasse. Il y a des arômes de fleurs, épice masala, clous de girofle et un soupçon de cannelle. Et le laissant debout pour s'ouvrir, on obtient des notes supplémentaires de marc de café, chocolat non sucré, et une belle veine délicate de vanille et d'agrumes.

L'influence du chêne prend une note plus dominante en bouche, qui est d'abord doux, sec et intense. Il y a du chocolat amer, caramel, cannelle et une vague herbe plus ressentie que réellement ressentie, ainsi que des écorces d'agrumes, oranges au chocolat, cumin et le moindre soupçon de coriandre. Plus quelques Fanta et 7-up, auquel je ne m'attendais pas, mais pas entièrement malheureux à goûter. La boisson entière est propre, croustillant et sec, et les herbes et les notes acidulées progressivement émergentes et affirmées en font une jolie coulée soignée. La finition n'est pas trop minable – de longueur moyenne, principalement bon-bons, caramel, tarte meringuée au citron et fleurs légères.

Le prix de ce rhum vieux de dix ans sorti en 2014 est de l'ordre de 140 € (quand il peut être retrouvé – J'ai trouvé ce prix à l'Ile Maurice hors taxes, mais pas grand chose ailleurs) et c'est l'un de ces cas où même avec la force modeste, Je pense que cela vaut la peine d'être ramassé si vous avez des fonds. Parce qu'en plus de son nez et de son goût, ces statistiques sont impressionnantes – alambic, dix ans de vieillissement tropical, distillat de jus de canne, son propre particulier terroire, quelque chose qui ne vient pas des Caraïbes… qui appuie sur de nombreux boutons à la fois. Trop souvent, nous déboursons ce type de pièce de manière inconsidérée et sans réfléchir pour des mélanges régulièrement émis, juste à cause du nom associé. Le nouveau et l'inconnu doivent également être essayés selon leurs propres conditions, et ici, Je pense que pour ce que St. Aubin nous fournit et ce que nous en retirons, cela vaut la peine de faire une pause pour essayer, partager, et acheter.

(#753)(86/100)


Une histoire brève

The Domaine de St. Aubin, nommé d'après la première usine de canne à sucre établie par Pierre de St. Aubin 1819 ou environ, est situé dans l'extrême sud de l'île Maurice dans la rivière des Anguilles, et cultive la canne depuis cette année – mais la date de la première distillation des esprits est plus difficile à cerner – il est probable que dans quelques décennies de l'ouverture initiale de l'usine de sucre (il y a des dossiers de la famille Harel à partir d'une distillerie qui est maintenant New Grove dans les années 1850, qui fait également la marque Lazy Dodo). Dans les années 1960 la famille Guimbeau franco-mauricienne – qui a fait fortune dans le commerce du thé pour laquelle Maurice est également réputée – acquis la propriété et conservé le nom, et progressivement mis au point une écurie de rhums produits à la fois par un alambic (qui produit ce qu'ils appellent leurs « artisanales » rhums) et une colonne relativement récente encore plus grand volume agricoles.


 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

www.sexxxotoy.com