Octobre 192020
 

Si l'on évalue la popularité ou la portée d'une marque en fonction du nombre de joyeux fanboys publient des photos de leur dernière acquisition sur les réseaux sociaux et pépient de la chance qu'ils ont de l'avoir obtenue, l'œuvre de Velier mène sûrement le peloton, suivi de Foursquare, et après eux viennent trotter Kraken et Bumbu et peut-être un ou deux agriculteurs de la Martinique. Nulle part dans ce panthéon (J'utilise le terme vaguement) se trouve Bristol Spirits – encore, de la fin des années 90 jusqu'au milieu des années 2010, Bristol sortait en effet du très bon jus, y compris le presque légendaire 30 Port Mourant âgé d'un an 1980 et quelques rhums des années 1970 qui n'étaient que des joies à déguster.

En fait, si populaires étaient-ils, que l'entreprise s'est même aventurée dans les mélanges et les rhums épicés, comme la collection Caraïbes (Trinité), Jus de canne à sucre rhum de Maurice, Bristol Black et ainsi de suite. Ils ont sorti des rhums d'Haïti, Ile Maurice, Pérou, Jamaïque, Guyane, Trinité, Cuba, Barbade (Rockley 1986, beau truc) et a rehaussé le profil des rhums des îles au moment où la vague de la renaissance du rhum se brisait. Pas pour eux l'approche à un seul canon – la plupart du temps, ils ont suivi la philosophie de Rum Nation de mélanger plusieurs barils en une seule version.

Depuis, Bristol est tombé quelque peu en disgrâce — Je pense que Mr. John Barratt peut prendre sa retraite, sinon déjà retiré de la scène du rhum — et il est rare de voir leurs bouteilles en vente en dehors d’une vente aux enchères, où leurs prix varient directement avec l'âge, à partir de £ 1800 pour un 1974 Demerara à aussi peu que 45 £ pour un 2003 cubain. Cette 1985 Versailles a été mis en bouteille 1998 à une époque où personne ne savait rien des alambics, et à l'époque a probablement coulé sans laisser de trace – aujourd'hui, ça vous coûtera cinq cents livres, facile.

L'alambic à pot unique en bois de Versailles est l'un des trois alambics en bois (le Savalle est un quatrième mais pas de bois) maintenant logé au Diamond Estate où DDL a son siège. Son distillat est généralement mélangé avec d’autres pour produire des mélanges aux profils distinctifs, pourtant, pendant des années, de nombreux embouteilleurs ont essayé de les émettre seuls, avec des résultats variables – et je soutiens qu'il faut une réelle compétence pour amener la férocité brute et sans entrave d'un pot en bois de tonneau encore hooch à un certain niveau d'élégance suffisant pour créer une perturbation dans la Force.

Bristol, Je pense, est venu assez près avec ce relativement doux 46% Demerara. La force la plus facile a peut-être été la bonne décision car elle a calmé ce qui aurait autrement été un nez très tranchant et même amer.. Ce nez s'est ouvert avec du caoutchouc et de la pâte à modeler et un pistolet à colle chaude fumant sur l'établi en bois fraîchement poncé. Il y avait des copeaux de crayon, une trace d'amertume boisée, caramel, caramel au beurre, vanille et lentement une série ferme de notes fruitées croquantes sont apparues: pommes vertes, raisins, raisin, pommes, poires, puis une touche herbacée étonnamment délicate de thym, menthe, et basilic. Marius de Single Cask, qui a écrit une bonne évaluation d'un certain nombre de Versailles 1985 millésimes, a commenté un indice de massepain, mais je n'ai pas du tout compris.

Le goût, bien que, c'est là que je pense que ça a vraiment pris son envol. C'était juste adorable: beaucoup de fruits tout de suite – poires, pommes, pêches, goyaves, kiwi, à la fois mûres et non mûres, croquant et charnu et un contraste dans les contraires. Les herbes sont restées, bien que quelque peu en sourdine maintenant, et une ligne délicatement claire et nette d'agrumes entrait et sortait du profil, comme un très bon Riesling sec ponctué de raisins verts acidulés; et une goutte ou deux d'eau plutôt inutile a révélé une touche de fond de yogourt non sucré pour tout équilibrer. Vraiment agréable à déguster, passer tranquillement à une finition non moins impressionnante, mais agissant plus ou moins comme une somme de toute l'expérience, ajouter juste une note de sucre brûlé sec qui était très agréable.

Dans l'ensemble, c'est un très bon Versailles, l'un des meilleurs que j'ai essayés. Contrairement à Marius, je pensais que la force n'était pas négative mais positive (il sentait que c'était trop dilué), car sinon, d'autres aspects plus tranchants et moins savoureux auraient pu prendre le pas et bouleverser l'équilibre fragile sur lequel reposait mon appréciation personnelle du rhum. De nos jours, nous considérons que l'ABV «faible» est quelque peu grincheux, mais rappelez-, à cette époque dans les années 90, pour libérer un rhum à 46% était considéré comme téméraire – même dix ans plus tard, les gens disaient toujours à Foursquare de ne pas publier l'ECS Mark I 1998 à plus de résistance standard.

ABV de côté, ce que j'ai ressenti, c'est que le canon n'avait pas assez d'effet, global, et il aurait pu se reposer encore quelques années sans mal, et en fait, été encore mieux après. Marco Freyr de Barrel Aged Mind qui a écrit sur le rhum lui-même dans 2014 et était la source de l'échantillon, pensait qu'une grande partie de la fraîcheur juvénile du distillat d'origine était maintenue et aurait pu être vieillie plus longtemps sans dommage. Mais clairement, lui et Marius ont vraiment aimé la chose, comme moi. C’est une merveilleuse expression de l’année, et même s'il y a des rhums Versailles plus anciens (comme celle de Bristol 1985 22 Year Old que j'aimerais beaucoup goûter un jour), pour essayer celui-ci de l’aube de l’ascension du rhum vers les hauteurs, quand les alambics en bois prenaient juste de l'importance et de l'attention, est une expérience à ne pas manquer.

(#770)(87/100)


 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

www.sexxxotoy.com