Septembre 072020
 

Cadenhead refuse tout simplement de quitter la scène du rhum, ce qui est probablement une bonne chose pour nous. On voit trop rarement des rhums de Berry Bros & Rudd, Gordon & MacPhail ou AD Rattray, qui ont été parmi les premières introductions que beaucoup d'entre nous ont jamais eues de rhums single cask entièrement étanches (même s’ils étaient des embouteilleurs de whisky tristement malavisés qui ne savaient pas où ni quelles étaient les bonnes choses). Et il y a Cadenhead, rouler constamment, libérer un peu ici et un peu là, un assemblage ou un seul fût, et leur jus monte lentement mais régulièrement en valeur (e.g. le légendaire 1964 Uitvlugt qui s'est vendu sur RumAuctioneer il y a quelques mois pour un trois grands).

Cadenhead a toujours marché sur sa propre mélodie et idiosyncratique, décalé courbé. Ils n'ont jamais vraiment créé une sensation cohérente pour leurs rhums, et avait un certain nombre de lignes de rhum différentes, si petite, cependant similaire (ou particulier). Il y a le mélange unique du rhum Classic Green Label, il y a toute la gamme Green Label «standard» avec leur aspect bon marché, conception d'étiquettes jaune / vert et expérimentation ludique occasionnelle; il y a la boîte verte et l'éthique plus professionnelle de la 1975 Green Label Demerara, et puis il y a le jaune trapu- étiquette “distillation datée” embouteillages des single casks, qui porte trois- ou marques à quatre lettres sur eux, dont j'ai toujours plaisanté, ils n'ont jamais su eux-mêmes les significations.

Habituellement, je vais après les single casks, qui semblent être faites avec une intention plus sérieuse. Mais les Green Labels bas de gamme en ont aussi des intéressants, comme ça Laphroaig a terminé Demerara 12 YO, ou la Barbade 10 YO (non ce n'est pas un Foursquare). Même le Panama 8 YO avait ses points pour moi, à l'époque où je maîtrisais encore les choses. Alors pour voir un 25 rhum «Guyanan» âgé d'un an (ce terme m'irrite sans fin) suffit amplement pour attirer mon attention, d'autant plus qu'il s'agit de l'extrémité supérieure d'une petite plage dans une plage qui a également un 8 et un 15 ans. Hélas, âge à part, il y a peu de détails sur lesquels continuer – non encore, aucune année de distillation ou de mise en bouteille, pas de résultat. C'est 46% et non filtré, pas ajouté à, et je pense que nous pouvons tenir pour acquis qu’elle a vieilli sur le continent.

Comme pour tous les rhums guyanais dont la provenance est trouble, une partie du plaisir consiste à essayer de le démonter et à deviner ce qu'il y a à l'intérieur quand il n'est pas mentionné. Le nez donne quelques indices: c'est chaud et fruité, avec pruneaux mûrs et pêches à l'avant. Un peu de noisette et de caramel sucré et de mélasse la moindre bhoite de chêne. Mais aucune de la colle distinctive en bois, copeaux de crayon, la sciure et l'anis sont en évidence ici. En fait, je trouve que l'odeur est plutôt décevante – à peine le genre de puissance et de complexité que j'attendrais d'un quart de siècle dans un tonneau, n'importe où.

Peut-être que la rédemption se trouve en la dégustant, Je me murmure, et continuez à boire ce qu'il y a dans le verre. Mmmm… ouais…mais non. Encore, pas tout à fait épicée – les goûts initiaux sont du caramel, ours toblerone et gummi, fruits noirs (pruneaux, prunes et raisins secs pour la plupart, plus une tranche d'ananas, peut-être une pomme ou deux). Mélasse, fumée, cuir, une touche de réglisse, saumure, des olives. Avec une goutte d'eau, ça devient plus sec et un peu boisé, mais ne perd jamais entièrement la finesse du profil du noyau, et cela se prolonge dans la finition, qui est pointu et maigre, laissant derrière le souvenir de quelques fruits, quelques guimauves, quelques notes de chocolat blanc plus douces, et c'est à ce sujet.

Laissant de côté la rareté de l'étiquetage, Je dirais que cela ne provient d'aucun des alambics en bois, et très probablement un rhum Uitvlugt French Savalle encore. Il semble y avoir un peu de ce linge autour de Cadenhead à la fin des années 1990, donc je vais le dater de là comme une sorte d'estimation éclairée.

Mais par rapport à une opinion, Je trouve le rhum quelque peu décevant. Les notes plus profondes que l'on peut attendre d'un rhum guyanais sont tassées et aplaties, leurs sommets et vallées majestueux lissés en un rhum buvable, oui, mais pas celui qui fait grand chose sauf exister. Une partie du problème pour moi est que je ne pense honnêtement pas pouvoir dire, aveugle, que cette chose était 25 âgé, et donc tout l'intérêt de vieillir quelque chose d'aussi long (peu importe où) est perdu du buveur ne peut pas sentir et apprécier l'expérience voluptueuse et la riche complexité provoquées par le fait de jeter quelque chose dans un tonneau jusqu'à ce qu'il soit assez vieux pour voter. Avec ça 25 ans, Cadenhead promet implicitement quelque chose que le rhum ne livre tout simplement pas, et c'est comme ça, tout en étant potable, pas vraiment l'un de leurs incontournables stellaires.

(#758)(82/100)


Autres notes

Il est surprenant de constater qu’il n’y a pratiquement aucune référence à ce rhum en ligne. Cela suggère une rareté qui pourrait valoir la peine d'être obtenue, si le goût n'était pas un facteur.


  One Response à “Cadenhead Green Label 25 Année Rhum Vieux Guyana – Examen”

  1. Tu as raison: Cadenhead a présenté ce design d'étiquette jaune / vert à la fin des années 90. Peut-être déjà dans 1997, mais en 1998 au plus tard. Il est resté la même chose pendant presque vingt ans, donc ce n'est vraiment pas facile de les différencier.

    Les toutes premières bouteilles avec ces étiquettes sont venues dans des cadres en bois colorés avec une poignée en corde (au lieu des dernières boîtes en carton). En dehors de plusieurs rhums de la Barbade et de la Jamaïque, ces premières versions se composaient de quatre “Demeraras” (10, 22, 24 et 25 âgé) et deux “Guyane” Espace (9 et 25 âgé).
    Cadenhead a étiqueté les rhums foncés “Demerara” et les rhums dorés “Guyane”. Après ces premiers embouteillages, il n'y avait plus de rhums noirs dans cette série et ils utilisaient les deux termes de manière interchangeable.. Aussi, les derniers embouteillages de cette série étaient tous inférieurs à 20 âgé.

    Ce rhum particulier a été mis en bouteille au printemps 1998. Il est mentionné dans le livre de Julie Arkell “Rhum classique”.

    Les livres de Julie Arkell (1999) et Robert Plotkin (2001) tous deux mentionnent ces premières éditions, Dave Broom a des notes de dégustation pour certains des embouteillages après cela. Mais à part ça, les informations sur ces rhums sont très rares. Je trouve un peu décevant que l'un des tout premiers embouteilleurs indépendants ne semble pas tout à fait intéressé par sa propre histoire..

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

www.sexxxotoy.com