Septembre 142020
 

Il est peut-être injuste que ce n’est qu’avec l’émergence du 2016 HERR 10 YO et le blanc du 60e anniversaire LMDW la même année, que le distillerie de Savanna à la Réunion a commencé à acquérir de sérieux dans la rue. Je pense que c'est l'une de ces distilleries sous le radar qui produit certains des meilleurs rhums au monde, mais il semble toujours et seulement être une édition limitée spéciale comme la Cuvée Maison Blanche, ou une mise en bouteille tierce «sérieuse» (e.g. de habitation Velier, Rum Nation ou perroquet sauvage) qui fait piquer les oreilles des gens. Et c'est alors que vous entendez le mouvement furtif des portefeuilles dans les poches alors que les gens se glissent dans un magasin, fourrer furtivement leur argent, et ne parlez jamais de leur achat de peur que les prix ne changent avant d'avoir la chance d'acheter tout ce qui est en vue.

Une telle concentration sur des embouteillages apparemment spéciaux ignore beaucoup de ce que Savanna produit réellement. Commencer autour 2013 environ, en ligne avec la tendance émergente des embouteillages en propre distillerie (par opposition aux ventes en vrac à l'étranger) réalisé par des distilleries bien connues des îles des Caraïbes, ils ont pris l'initiative non annoncée et presque non reconnue en produisant constamment toutes sortes de petits lots pas tout à fait limités, pendant des années et des années (la 5 ans et 7 ans Les rhums «intenses» en sont des exemples). Et, comme je l'ai observé avant, il est bon de se rappeler que les rhums de Savanna couvrent une vaste gamme stylistique de rhums de jus de canne à sucre et de rhums à base de mélasse, baril unique et mélanges, résistance standard et preuve complète, et sous tous ceux-ci se trouvent des rhums comme le Lontan White apparemment basique 40% le rhum que nous examinons aujourd'hui.

Le mot «Lontan» est difficile à cerner – en créole haïtien, cela signifie «il y a longtemps» et «il y a longtemps» alors qu'en vieux français c'était «lointain» et signifiait «lointain» et «loin», et ni l'un ni l'autre n'explique pourquoi Savanna l'a choisi (bien que de nombreux établissements autour de l'île l'utilisent également dans leurs noms, alors peut-être que c'est un analogue de l'anglais "Ye Olde…"). De toute façon, à part le traditionnel, créol, Gammes de rhums intenses et métis (auquel viennent s'ajouter plusieurs autres) il y a cette série Lontan – ce sont toutes des variations de rhums Grand Arôme, fini ou pas, vieilli ou pas, à l'épreuve ou non, qui se distinguent par une période de fermentation plus longue et un nombre d'ester plus élevé que d'habitude, les rendant extrêmement savoureux.

Ça marche, ici? Pas autant que je voudrais – la force est en partie responsable de cela, faisant paraître un peu unidimensionnel. Le nez doux et propre, une certaine saumure et olives, ananas, pastèque, pommes vertes et une touche d'herbes, mais dans l’ensemble, l’odeur de celui-ci n’a pas le croustillant d’un rhum agricole, ou la complexité d’un rhum à la mélasse non vieilli, et s'il y a plus d'esters que la normale ici, ils font un bon travail en restant sous couverture. Cela me rappelle en fait plus une cachaca légèrement âgée qu'autre chose.

C'est un rhum facile à boire pur, au fait, parce que le 40% ne sauvage pas vos amygdales comme le ferait une preuve complète. Sur ce niveau, ça marche assez bien. Mais cette même faiblesse rend les saveurs pâles et difficiles à maîtriser. Alors même s'il y a des notes subtiles d'eau sucrée, anis, vanille, menthe, café (à dulce de leche, si vous voulez) et le cumin, ils manquent d'étincelle et de verve, et vous devez vous efforcer de les ramasser ... à peine le point d'un verre comme celui-ci. Puisque la finition suit juste de là – perdre connaissance, haletant et <tapette> c'est parti – le mieux que l’on puisse dire, c’est qu’au moins ce n’est pas un rien de fade. Vous gardez le doux souvenir des fruits, ananas, cumin, vanille, et puis tout est fait.

En fin de compte alors, c'est presque une entrée ou (au mieux) un rhum intermédiaire, à environ 35 € en Europe. J'ai souvent dénoncé mon goût pour les blancs brutaux qui canalisent les coups de langue primitifs des rhums à pleine puissance fabriqués à l'ancienne depuis des générations sans me soucier de la technologie moderne., mais ce n’est pas l’un d’eux. Cela dit, il a plus dans son jock que les blancs filtrés anonymes fades qui sont la base des bars du monde entier, cependant…donc si vous évitez les blancs à l'épreuve des esters et préférez quelque chose d'un peu plus atténué et facile à la fois pour le palais et le portefeuille, alors celui-ci est définitivement celui que vous pourriez – et devrait probablement – regarde plus longtemps que moi.

(#760)(77/100)


Autres notes

  • Colonne encore rhum, dérivant de la mélasse (d'où le “Traditonnel” sur l'étiquette)
  • Pour une discussion plus approfondie du «Grand Arôme» voir l'article de Wonk.
  • Comme précédemment, merci beaucoup et un chapeau à Nico Rumlover pour l'échantillon

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

www.sexxxotoy.com