Mai 172020
 

Cela semble étrange de le dire, mais le Scotch Malt Whisky Society, en plus d'inaugurer des changements dans le monde du whisky, a également eu ses effets sur les rhums. Ce qui a fait que la Société s'est démarquée à l'époque et a d'abord fait son nom, était l'accent sur les embouteillages fullproof single cask, qui à l'époque n'était abordée que sporadiquement par d'autres fabricants de whisky (et à peine avec des rhums, sauf peut-être par les Italiens comme Samaroli et Velier, qui étaient pratiquement inconnus en dehors de l'Italie). Au moment où j'ai écrit sur le Longpond R5.1 et la WILL R 3.4 et R 3.5, 46% était à peu près le plus que j'aie jamais vu en dehors des 151, donc le jus qui est allé cassé à la force du fût était l'ouverture des yeux.

Bien, avance rapide quelques années et ce que je voyais comme révolutionnaire 2012 est désormais une pratique courante, et tandis que la Société a élargi sa sélection de rhum à 50+ (le tout à toute épreuve), son éclat a été quelque peu éclipsé par l'éclat concurrentiel des nombreux autres fabricants de rhum (indies ou producteurs) qui font la même chose, et qui, avouons-le, spécialiser dans le rhum – ils ne le voient pas comme un complément à leur activité principale. Cela et le modèle de tarification du SMWS, bien sûr, dont beaucoup ne peuvent pas ou ne veulent pas poney pour (divulgation complète: Je suis membre de la Société et j'achète mes bouteilles).

Mais peu importe, préambule de côté, Continuons à démonter la série de rhums R-11.x publiée par la Société, avec la deuxième version du distillat de Worthy Park, qui est appelée, sans ironie et peut-être ironique, "Absolument fabuleux!”Comme le R11.1, c'est 57.5% ABV, distillée dans 2010 et mis en bouteille dans 2017, 309-sortie des bouteilles de barils ex-bourbon. Et comme celui-là, c'est sympa et original.

Le nez – doux, fruité, subtilement différent du R11.1. zeste d'orange, papaye, ananas, mangues jaunes mûrs, plus toblerone, poivre blanc, miel, céréales, et encore cette pointe sournoise de colle s'enroulant autour du fond. Il reste poussiéreux, mais aussi chargé d'épices comme la cannelle, massala, poivrons noirs broyés et il y a une subtile odeur huileuse semblable à de l'iode qui flotte vraiment qui rend la chose originale. Il y a une légère suggestion de caoutchouc, pas comme un magasin de vulcanisation par temps chaud comme l'air d'un vieux ballon de basket-ball qui fuit. Comme j'ai dit – original. Je suppose que ça prend toutes sortes.

La bouche se présente comme chaude et assez sèche, un peu de vin, et aussi salé – saumure et olives, et même du poisson salé avec quelques bons "obstacles" de manioc et d'eddoes. C'est génial et un peu en retrait de la réservation, J'accorde, mais il y a plus: cuir bien huilé, tabac aromatique, piments doux et concombres et cidre de pomme – Je ne savais vraiment pas quoi faire de lui, sauf que cela vous fait en quelque sorte sourire et essayer un peu plus, voir s'il y a un autre élément de fou qui attend pour tendre une embuscade. Ici, j'ai ajouté de l'eau et ça s'est calmé et d'autres saveurs se sont dissipées, y compris le fruit que le nez avait promis: ananas, mangues, les pêches non mûres, caramel, noix de muscade, caramel et la fumée âcre du feu arrosé, si vous pouvez le croire. La finition était agréable et longue, un peu amer, principalement du tabac, cuir, fumée, pas trop de douceur ou de fruits sauf une bouffée de Fanta qui a imprégné toute l'expérience.

Ce rhum provient clairement du même arbre que le R11.1 mais semble être une branche différente…et bon de la même manière, et à sa façon. Ce poisson salé musqué et l'iode était pour le moins étrange (sinon totalement désagréable)…et ce que cela montre, c'est que les rhums fabriqués en même temps et vieillis pendant la même période – probablement au même endroit – peut avoir des profils clairement différents. Worthy Park a vendu au SMWS un certain nombre de barils (aucun des embouteillages SMWS ne provient de Scheer) donc il y a un vieillissement à la fois tropical et continental dans ces choses. Et cela démontre que, comme pour tous les autres embouteilleurs indépendants, obtenir plusieurs barils signifie que l'on a la possibilité (prend le risque?) d'avoir un baril différent de son voisin, mais les deux montrant quelque chose du caractère du domaine source. Pour mon argent, le R11.1 a fonctionné, et fait remonter mes oreilles, et mon nez se contracte. Le SMWS a tenté sa chance avec la R11.2 et ça a payé, parce que celui-ci, heureusement, fait la même chose…pas fabuleusement, peut-être, mais avec originalité, et très bien en effet.

(#727)(86/100)


Autres notes

  • Serge Valentin a marqué ce 88 points et a estimé que s'il n'y avait pas deux notes, il aurait frappé 90
  • RumShopBoy, la seule autre personne dans le rumisphere qui a écrit sur les embouteillages SMWS, donné une note 74/100 sur un 0-100 échelle, donc son évaluation est à peu près la même que la mienne. Ses commentaires méritent d'être notés: “Ce n'est pas aussi bon que les rhums Single Estate de Worthy Park qui sont disponibles dans le commerce. Bien que ces éditions ne comportent pas de déclaration d'âge, ce sont des mélanges plus raffinés et plus faciles à boire. Cela m'amène à mon plus gros problème avec ce rhum… c'est un vrai défi de l'apprécier correctement. Il n'y a aucun doute sur la qualité du rhum et sa production mais il est difficile d'en profiter vraiment. Exceptionnellement pour moi, J'ai trouvé qu'il avait besoin d'eau pour le rendre plus agréable.”

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

www.sexxxotoy.com