Mer 192020
 

Rester avec quelques-uns des moins connus agricoles que j'ai retardé l'écriture au sujet beaucoup trop longtemps, Parlons-en à propos de La Mauny pour un peu. Ceci est l'un des plus grands établissements sur Martinque, et maintenant la propriété de Campari, qui a acheté les deux il et Trois-Rivières à la fin 2019, mettre fin à près de trois cents ans (divers) contrôle des familles ou conglomérats écervelés de dessus. Cette histoire est un peu long, donc je vais le mettre à droite en bas et plongée dans la principale schtick.

La distillerie La Mauny reste l'un des plus importants en Martinique, tant pour sa zone de canne plantée et pour sa production. Chaque année, il broie autour 30,000 tonnes de canne à sucre , plus de la moitié coupé à la main, pour produire trois millions de litres de rhum agricole. Le patrimoine 1749 – cette date fait référence à la fondation de la succession – est, pour toute sa grandiose délivrance de titres, quelque chose d'un niveau d'entrée rhum, pas l'un des très âgés, tant fussed-over badasses qui établit une candidature pour un rhum-halo. Ce est 40% ABV, colonne distillée à partir du jus de canne, âgés entre un et deux ans en fûts de chêne français, puis donné trois mois en fûts de porto pour un peu de finition.

Quelle que soit l'influence de Porto a été, il n'a pas se faire connaître sur le nez, au moins pas de façon notable. Le tout était relativement doux, et affiché très musquée, terreux, parfums initiales limoneux au début…petit à petit, il a été remplacé à la vanille, caramel, et profonds fruits noirs, principalement des prunes et des pruneaux surmûris. Le grassiness vif et léger du genre de agricole rhums à laquelle nous sommes plus familiers, était presque entièrement absent à ce stade, mais je devais admettre…ça m'a étonné (et cela ne se produit pas si souvent ces jours-ci).

Bon alors, sur le palais. Jaune paille dans le verre, il était plus doux et moins intense, qui, pour une quarantaine percenter, était à la fois bon et mauvais. Ici, le gazon et les notes à base de plantes ont pris plus d'importance, tout comme les agrumes, une tarte sans sucre yaourt, le miel et le jus de canne. La jeunesse était évidente dans la légère netteté et le manque de réelle circularité – les deux années de vieillissement a certains effet, tout simplement pas assez de sable au large de tout ce qui râpé, et des notes supplémentaires de raisins rouges, vin et nuttiness a montré la Porton avait fait sa chose au sujet aussi bien qu'on pouvait s'y attendre. En ce qui concerne la finition, meh – court, légèrement sucré, tarte au citron meringuée, la vanille, un pétale de fleur ou deux…et un arrière-goût terreux humide sombre, très doux, très faible, qui m'a ramené au nez.

Pour être honnête, ce n'est pas vraiment très intéressant. La finition Porto sauve un peu d'être un alésage et un dédaigneux « il est juste un autre rhum » remarque. Mais tout de même, Je doute que ça va jamais être demandé par son nom dans une joint haut de gamme ou pour remplir les bords d'un bar à domicile. Pour moi, il est très bien comme ça King of Diamonds rhum utilisé pour faire DDL: un col bleu de l'ouvrier pas cher ami, destiné à être eu dans le village ou un café pas cher de ruelle avec de la glace, rire, dominos…et pour laver les conversations difficiles sur la vie, pas des discussions sur serpentant les significations ésotériques de Balzac ou de Baudelaire. Cela pourrait être un peu ésotérique pour une explication de la façon dont je perçois ce jeune rhum, mais il résume ce que je pense parfaitement.

(#712)(80/100)


Histoire

La Mauny a été fondée en 1749 lorsque Ferdinand Poulain, compter de Mauny (dans le nord de la France), acquis la succession par un mariage avantageux à la fille d'un planteur locale, et il créé une raffinerie. Dans Une 1820, Martinique avec de plus en plus importante en France après la perte de St Domingue (Haïti), La Mauny a investi dans un alambic et a commencé la production agricole. Malheureusement, la cohérence de la propriété insaisissable prouvé – un motif qui ne changerait pas de manière significative pour les prochains siècles – et la succession passe par plusieurs mains sur les générations futures en raison de la mauvaise gestion, difficultés financières ou de production, ou familiale chamailleries. A plusieurs reprises les familles Code et Lapiquonne détenaient une propriété, et bien que la famille de Tasher de la Pagerie, dont la fille Joséphine mariée Napoléon, exprimé un intérêt, les négociations ont échoué.

Dans Une 1923 La Mauny a été vendue à Théodore et Georges Bellonnie qui agrandit et a apporté dans de nouvelles installations, comme une colonne de distillation, de nouvelles usines de broyage et un moteur à vapeur. La distillerie a considérablement étendu grâce à des stratégies de production accrue et une bonne commercialisation et rhums La Mauny a commencé à exporter autour 1950. Dans Une 1970, après que les frères Bellonnie avaient tous deux décédés, les négociants bordelais et ancienne famille de Martinique Bourdillon a fait équipe avec la veuve de Théodore Bellonnie et a créé le groupe BBS. La société a fortement progressé, le lancement sur le marché français 1977. Jean Pierre Bourdillon, qui a dirigé le nouveau groupe, a entrepris de moderniser La Mauny. Il a commencé par réorganiser les champs afin de les rendre accessibles à la récolte mécanique et construit une nouvelle distillerie 1984 (avec un quatrième broyeur, un reste trois colonnes et une nouvelle chaudière) à quelques centaines de mètres de l'ancien, l'augmentation de la capacité de broyage de canne et d'acheter l'équipement de la distillerie Saint James à Acaiou, inutilisé depuis 1958.

Les chaises musicales d'acquisition et de cession, cependant, ne sont pas plus. Dans Une 1994, Martini et Rossi vendus BBS Trois Rivieres Distillery, où le rhum Duquesne très populaire a été également (noter que 1953, la famille Marraud de propriété Duquesne qui Grottes, bought Trois Rivieres, Pas l'inverse – ils ont ensuite vendus à M&R). BBS a gardé Duquesne et la distillerie Trois-Rivières aller jusqu'à 2003, quand ils ont fermé et envoyé ses images fixes de colonne à La Mauny, où TR continue à rhum fait.

Le groupe BBS a ensuite été acheté par la société de raffinage du sucre de la Réunion Quartier Français en 2007, mais ils ont laissé aller à nouveau dans 2010 à Tereos (précédemment Beghin-Say) – toutes ces sociétés traitées principalement dans le sucre, mais rien eu à voir avec l'industrie des spiritueux. Tereos a vendu la division BBS et ses marques 2011 to la Martiniquaise, dont la spécialité a été esprits et où l'ajustement était mieux. Mais cela a créé un problème, depuis La Martiniquaise possédait déjà le Saint James, marques et produisant des biens Dillon et Old Nick, et d'obtenir la propriété de BBS leur donnerait plus de contrôle 60% des rhums produits dans les îles françaises. Par conséquent, l'Autorité de la concurrence a exigé que La Martinquaise dessaisir une partie de leur portefeuille, ce qu'ils ont fait en vendant sur le BBS au Groupe Cyrille Chevrillon (qui a de nouveau, avait absolument rien à voir avec le rhum – ils étaient en produits pharmaceutiques, Assurance, fleurs et impression, par exemple). Les arrêts de l'histoire (pour l'instant) en 2019, lorsque le groupe Campari a annoncé l'acquisition des Trois Rivières, marques Duquesne et La Mauny, pour $ 60 million, qui est l'endroit où les choses se trouvent pour le moment.

Sources:


Autres notes

Certes, c'est quelque chose d'un obscur et le rhum seul autre examen que j'ai trouvé de cette trésor inexploré d'un site japonais, Sarichiii, dirigé par l'un des rares dames dans le rhum blogosphère. Il y a une seule notation en Évaluations Rum avec un score de 3/10, que je rajouterais pour être complet, mais pas parce que je pense qu'il est un examen.

www.sexxxotoy.com