Avril 302020
 

Au moment où cet avis est lu, digéré et (incrédule) reniflé et rejeté, quelqu'un là-bas pourrait bien affûter le stylo, tablette ou iphone et se prépare à me parler verbalement en ligne. Et pas de surprise – devais-je répéter les hosannas de mon original 2012 test du Millonario XO, qui a marqué ce qui serait maintenant considéré comme presque incroyable, est-le-caner-hors-de-son-friggin’-esprit? 88 points, Je ne serais plus jamais pris au sérieux. Le rhum est devenu un paratonnerre pour les puristes du rhum, au même niveau que Diplo Res Ex, Dictateur, Zacapa 23 ou la Zaya 21, qui sont tous d'Amérique du Sud, comportent de grands nombres et de petits caractères et de petits caractères, sont presque toutes des soleras (nommé ainsi ou non) et le pire de tous, sont tous tarés d'additifs d'une sorte ou d'une autre à un degré qui est rebutant dans l'ère de Foursquare, Nouveaux Jamaïcains et grandes Indes.

De telles questions dans tout rhum frelaté ne seraient pas en soi si problématiques si (une) ces choses ont été énoncées clairement et (b) l'étiquetage n'était pas si évidemment trompeur et (c) le marketing n'était pas si lourd sur les conneries * t. Rum Nation, qui jusqu'à récemment a produit et distribué le Millionnaire (qui est fabriqué à partir d'installations au Pérou), n'a pas échappé à un tel opprobre, mais depuis que le XO original est sorti il ​​y a plus de dix ans, et depuis tant de ce que RN a fait depuis lors a été si bien reçu, Je suppose que du temps a été accordé pour moins de connaissances et d'expertise à l'époque; et avec le temps, les critiques se sont taries…et la marque Millonario, alors qu'il se vendait très bien, est tombé dans une sorte de limbe.

Mais Fabio Rossi a vendu le nom et le portefeuille de Rum Nation pour se concentrer sur cette gamme de rhums, qu'il préfère évidemment (il reste en qualité de consultant pour la marque RN) ou qui se vend beaucoup mieux. Cela mérite une certaine considération car il connaît son esprit et est dans le jeu du rhum depuis plus de deux décennies, et sans aucun doute ramassé une chose ou deux. Et donc, quand il m'a remis le 2018 libération (qui avait été élevé en fûts de sherry de 2e remplissage et qui contenait en fait 20 g / L de sucre ajouté), bien que j'ai d'abord reculé et marmonné quelque chose à propos de ne plus être ma tasse de thé, l'honneur et la curiosité ont exigé que je lui donne un coup de toute façon…plus tard, je me suis glissé en arrière et j'ai essayé.

Soyons clairs, ce n'est en aucun cas l'une des têtes d'affiche des différents forums FB où les gens se vantent d'en marquer un. Le nez est, carrément, plutôt émoussé. C'est comme sucer une barre de snickers fruitée. Il a un solide, nez doux et aromatique dans lequel le sucré a – un peu surprenant – moins omniprésente que je ne l'aurais cru. Avec cela vient aussi quelque chose d'un ton sombre à l'expérience – chocolat, caramel au beurre, mélasse, café, nougat, vanille et quelques fruits charnus – pruneaux et prunes et mûres, je dirais, qui donnent un certain agrume léger qui était inattendu et assez surprenant. Ce n'est manifestement pas un Demerara, bien que la ressemblance soit là…mais un nouveau venu dans le rhum pourrait ne pas voir beaucoup de différence entre un ED 12 et ça, étaient-ils tous les deux à la même force.

Qu'est-ce qui distingue alors le goût du rhum, et encore maintenant, à travers toutes les années, est sa fermeté épaisse qui ressemble à avoir une brosse de poids solide sur la langue. L'original 40% du XO échoue de nos jours (mon avis) mais la chose intrigante de pousser la force jusqu'à 50% que cela a, c'est que ça marche. Les goûts en bouche, sont, pour un, beaucoup plus clair: il y a des guimauves, Toblerone, amandes, noix, café, chocolat amer, caramel, anis, bien équilibré, un message agréable. A cela s'ajoutent des baies, pastèque, vanille et quelques épices pour le petit déjeuner et cumin si vous vous concentrez, avec un lit de plumes d'une finition fermant les choses – pommes, chocolat, marc de café amer, et encore, quelques fruits et vanille.

Un 50% Rhum ABV comme celui-ci, solera (je suppose – il n'y a pas de déclaration d'âge), doux, fruité, lourd, plus ferme que le XO, moins élégant que le Seuil 15…bien, ce n'est pas aussi brutal qu'un Caroni ou un nouveau Jamaïcain, plus doux que les mélanges de colonnes de pot des Bajans (mais pas aussi bien, désolé – La Barbade obtient toujours ma pièce en tête-à-tête)…ce rhum n'est pas aussi mauvais que les détracteurs peuvent le ressentir, et me rappelle beaucoup de ce que j'ai souvent dit pour défendre le XO – "Il y a beaucoup plus sous le capot de cette chose que la plupart admettent." Mais cela dit, on ne peut pas nier que ce n'est pas pour tout le monde, pour les mêmes raisons.

Je ne m'en excuse pas, n'offre aucune excuse, aucune défense – c'est ce que c'est. C'est adouci, il se sent collant, il laisse un résidu de sucre aromatique dans votre verre dans lequel n'importe quel insecte pourrait nager et se noyer avec plaisir, et c'est la croix du rhum à porter. Toute personne qui lit cette critique et pense à l'acheter ou à l'essayer, doit faire la paix avec cette, s'éloigner, ou céder et accepter. Ce que je maintiens cependant, c'est que ce n'est pas à moitié mauvais pour ce que c'est (et tant que vous y arrivez sachant que), c'est pourquoi je le marque à 79 et non en dessous de la médiane de 75, en dessous duquel un rhum n'est pas du tout à mon goût. Je ne l'aurais pas en quantité et certains ne l'auraient pas du tout; d'autres le buvaient à la bouteille, et encore plus l'aurait après le dessert seulement, peut-être avec un cigare. Je ne vous connais pas tous et ce que vous feriez. Mais vous savez tous qui tu sont. J'espère que cette revue décousue vous aidera à vous décider d'une manière ou d'une autre.

(#722)(79/100)


 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

www.sexxxotoy.com