Mai 132019
 

Tout ce que vous la recherche sur Naga est susceptible de vous faire Déchirez vos robes avec frustration à peu que vous parvenez à déterrer. Pourtant, paradoxalement,, tout ce que vous faire En savoir plus sur le rhum lui-même semble garanti pour vous continuer à lire, et assurez-vous de l'acheter, si aucune autre raison que parce qu'il semble si damnés intéressant. L'étiquette semble avoir été conçu spécifiquement pour éveiller votre curiosité. il parcourant, vous pouvez avec la justification même appeler « Naga Arak Batavie » (« À base de rhum vieilli indonésien », dit le script, ce qui implique là, il est arak, plus le rhum), ou « Naga Double Cask rhum » ou « Réserve Naga Java Rum » ou tout simplement aller avec la route de compromis. Et chacun d'entre eux seraient, comme l'éléphant mythique aux hommes aveugles, être un peu correct.

Il est un arak de l'Indonésie Batavie, ce qui signifie un rhum fabriqué à partir de la mélasse et d'un dérivé de la levure de riz rouge (tout comme la arak faite par les Hollandais). Les deux Naga de 38% version avec une étiquette différente, et celui-là, sont un mélange de distillats: un peu plus de la moitié provient des alambics (“Old indonésienne Pot Stills” bouffées le site moins que informatif important, jamais expliquer tout à fait ce que cela signifie) avec une force de 65% ABV; et un peu moins de la moitié est 92% colonne ABV esprit encore (les rapports sont 52:48 si vous êtes curieux). Le mélange obtenu est ensuite vieilli pendant trois ans en fûts de teck et quatre autres années en fûts ex-bourbon, d'où le surnom « double ans ». En cela, ils sont sorte de canaliser les deux Brésiliens avec leur penchant pour les bois non standard, et Foursquare avec leurs multiples maturations

Que tout cela se traduit par un rhum vaut la peine d'acquérir et de boire est préférable de laisser à l'individu. Ce que je pouvez dire est qu'il démontre à la fois la diversité de la production et un départ de ce que nous pourrions vaguement terme « standard » — et est une vitrine pourquoi (me) Le rhum est l'esprit le plus fascinant du monde ... .mais sans le rhum fait monter sur les hauteurs de must-have-it-ness et soufflant mes cheveux. En fait, il est pas sur un niveau avec les deux autres rhums indonésiens que j'ai essayé avant, la Compagnie des Indes Indonesia 2004 10 YO et la Par les Hollandais Arak Batavie.

Suivez-moi à travers la dégustation: le nez est d'abord odorant de la saumure et les olives, et de carton, et des chambres sèches et de moisi à gauche undusted trop longtemps. C'est le début – il ne se développe, et après un certain temps, vous pouvez sentir le soja, faible soupe de légumes, cubes Maggi rassis, et une faible ligne de teriyaki douce, miel, caramel et de vanille. Et, comme un clin d'œil aux amateurs de Funkytown là-bas, il y a un soupçon de fruits pourris, acétones et les bananes avariées ainsi, comme si un Jamaïcain avait disparu et en Indonésie pour établir sa résidence dans la bouteille…et rapidement tombé endormi il.

Palais. Ce fut le même genre de profil délicat et léger je me suis souvenu des deux autres arracka mentionnés ci-dessus. Encore, la texture était agréable, il a été agréablement — mais pas trop — doux, et emballé quelques saveurs intéressantes dans sa valise: crème glacée caramel sel, l'aneth et le persil, cannelle,tanins de chêne tranchants, cuir, quelques notes musquées et driness, et une saveur fruitée forte, à la fois doux et pourri en même temps – pas très forte, mais néanmoins, se faire sentir en termes d'incertitude. Fini a été relativement courte, surtout des fruits légers, une certaine saumure, mustiness et une trace de caoutchouc.

Résumant. Du côté négatif, il y a trop peu d'informations disponibles en ligne ou hors pour les faits durs — quel pot « indonésien » est toujours en réalité, où la distillerie est, qui en est propriétaire, quand a été créée la société, la source de la mélasse et ainsi de suite…cette érode la foi et la confiance dans les déclarations proclamées et en ce jour et l'âge est carrément irritant. inversement, la liste de tous les points positifs: il a un vraiment gentil et relativement douce sensation en bouche, est douce, savoureux, épicé, un peu complexe et assez différent pour exciter, tout en étant manifestement un rhum…de quelques sortes. Il n'a tout simplement pas tout à fait appel à moi.

Parce que je trouve que dans l'ensemble, il manquait une bonne intégration. Le pot partie encore caréné dans la colonne encore partie du mélange et ni est sorti bien de la rencontre; les esters, l'acidité et l'âcreté n'a pas vraiment accentuer ou faire ressortir le contraste musqué, des tons plus sombres bien du tout, et il me semblait un peu confus ... .first tu as goûté une chose, puis un autre et l'équilibre entre les composantes était hors. Aussi, le bois était un peu trop amer – peut-être était le teck ou peut-être était la vivacité des barils ex-bourbon. Quel que soit le cas, l'impression générale était d'un produit qui n'a pas en quelque sorte cohere.

Je suis tout à fait prêt à accepter un rhum d'une autre partie du monde qui nous manque de familiarité répond à son propre public, et est supposé être un peu sur le mur, un peu à angle droit par rapport aux goûts traditionnels de blogueurs comme moi qui sont élevés sur le tarif des Caraïbes et tous ses imitateurs. Pourtant, même dans ce filet largement jeté, il y a des choses qui fonctionne et des choses qui ne. C'est celui qui tombe au milieu – il est assez agréable, il sorta un peu des œuvres, mais pas complètement et pas tellement que je précipiter pour me faire une autre bouteille.

(#623)(79/100)


 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)